Belg.Apic. 25(8-9) 1961 p232-237

Prévention de l’essaimage

Chez nous, la période principale d’essaimage ne dure que du 5 au 20 juillet.  Quand nous travaillions avec nos abeilles indigènes et les ruches aux normes anglaises, il n’était pas rare de voir sortir des essaims dès avril et le mois de mai était le moment culminant de l’essaimage.  Avec l’utilisation des abeilles italiennes ainsi que de nids à couvain doubles, l’apparition des essaims a été retardée jusqu’en juillet.  A l’heure actuelle, en Angleterre, il n’y a pas de production, ni d’élevage d’essaims.  On cherche uniquement à les empêcher de naître.

L’essaimage est certes le gros problème de l’apiculteur moderne, la pierre d’achoppement surtout pour les grandes exploitations dont les ruches sont dispersées par groupes à plusieurs milles de distance l’un de l’autre.

L’apiculture anglaise considère comme dominante la question de la prévention de l’essaimage.  Des moyens pour y faire obstacle, il en est des légions qui ont été préconisés.  Mais, dans ce domaine, peu à peu, au cours des années, il s’est produit une pause.  Les flots des idées et des systèmes se sont apaisés, dispersés sur les écueils de la mise en pratique.  Il n’existe qu’un seul moyen certain d’empêcher l’éclosion d’essaims, c’est d’enlever la reine aussitôt qu’on remarque les signes précurseurs de l’essaimage.  J’avais recours à ce procédé déjà au temps où j’opérais avec les ruchers du type anglais et je continue à l’utiliser aujourd’hui en cas de nécessité.  Il présente de multiples avantages pour le rendement commercial de l’exploitation.

Si après enlèvement de la reine, je maintiens la ruche à l’état d’orpheline pendant 10 jours et si, après avoir détruit toutes les cellules de reine, je donne à cette ruche une jeune reine fécondée, je m’épargne beaucoup de travail et de fatigue et - ce qui est plus important - j’obtiens une récolte de loin plus abondante sur le trèfle blanc, ce qui ne serait pas le cas autrement.  Dès l’acceptation de la reine et en présence de couvain non operculé, toute la population se précipite au travail et s’emploie à la récolte avec une ardeur qui ne peut se comparer qu’à celle qui anime un essaim.  Cette méthode de prévention de l’essaimage a, par ailleurs, d’autres avantages importants : l’interruption de la production de couvain pendant près de deux semaines consécutives ; il en résulte une certaine prévention des maladies du couvain - la désastreuse loque américaine exceptée autant que des maladies des abeilles adultes  De plus, grâce à cet arrêt du couvain, on obtient une diminution de la population dès la fin de la récolte, précisément au moment où un excédent d’abeilles est désavantageux.

Une ruche traitée suivant cette méthode abordera l’hiver avec une majeure partie de jeunes abeilles et, au printemps suivant, il est vraiment étonnant de constater combien cette colonie se développe quand on la compare à celles qui n’ont pas été traitées de la même façon.  Cette méthode ne laisse jamais de doute : cela réussit ou cela ne réussit pas.  S’il ne s’agit que de la récolte sur trèfle blanc, les avantages économiques sont extraordinaires.  Mais cette méthode de prévention de l’essaimage a, dans notre cas, un très gros inconvénient.  En effet, pour le départ pour la bruyère au mois d’août, des fortes colonies nous sont absolument nécessaires : or, par ce procédé, nous n’en disposons pas : 1) parce que, au moment décisif, il intervient un arrêt de deux semaines dans l’expansion du couvain; 2) par le fait que des reines fécondées depuis peu, ne pondent pas avec la même ardeur que celles qui sont nées l’année précédente.

Il est aisé de comprendre qu’il ne nous reste aucune autre possibilité d’empêcher l’essaimage par un moyen qui nous garderait des populations en pleine force pour la bruyère en août.  Vraisemblablement, il n’y a qu’une méthode à retenir, méthode qui, de toutes façons, exige beaucoup de travail et qui, certes, ne constitue pas la solution idéale du problème : c’est celle du contrôle hebdomadaire de toutes les ruches pendant la période d’essaimage et la destruction dans chacune d’elles de tous les alvéoles de reines.  Ce travail de recherches n’est pas si pénible qu’il semble à première vue : cette inspection s’effectue comme toujours, mais cette fois cependant sur un espace plus restreint, un coup d’il sur les deux premières paires de cadres du nid à couvain suffit pour savoir si tout est en ordre.  Dans le cas de signes prémonitoires d’essaimage, tous les alvéoles de reines doivent être détruits.  Si la reine pond encore abondamment, il est probable que, lors de l’inspection suivante, on ne verra plus d’alvéoles.

Si, toutefois, il s’en trouvait à nouveau, on réitérera l’opération de destruction et on la poursuivra jusqu’à ce que toute tendance à l’essaimage soit vaincue.

Il arrive parfois que des reines soient perdues en cours de saison et qu’il faille les remplacer; ces colonies ne sont plus utiles pour la récolte sur la bruyère; leur nombre est toujours réduit et ce mal, en tout cas, ne peut être évité.

J’aurais dû vous signaler que, chez nous, une nouvelle reine n’est jamais introduite sans le clippage de l’une de ses ailes.  Certes, cela n’empêche pas l’essaimage, mais l’essaim ne peut plus s’enfuir et il est toujours rendu à la souche sans la reine.  Cela permet aussi de capturer l’essaim sans difficultés.  Je sais, par expérience, combien la prise de l’essaim peut être difficile, car j’habite une région très arborée.  Jamais, depuis 40 ans, je n’ai constaté un inconvénient ou préjudice résultant du clippage d’une aile.  Pour la grande apiculture, l’exploitation serait à peine possible sans cette opération si simple.  Chez nous, le clippage est considéré comme chose élémentaire qui va de soi.

Placement de nouveaux cadres pour la récolte

Lors des visites opérées durant le temps d’essaimage qui coïncide avec celui de la grande miellée, on place, chez nous, les hausses supplémentaires qui sont toujours garnies de cire gaufrée.  Puis, à la floraison du trèfle blanc, une nouvelle hausse est ajoutée aux autres.  Cette augmentation de volume réalisée ainsi par le haut ne provoque aucun trouble dans la ruche, nous épargne beaucoup de travail avec l’avantage qu’ainsi placés, les cadres de cire gaufrée sont plus rapidement bâtis.  En plus, ce mode de placement des hausses nous donne la garantie que, s’il survient un changement subit de temps, le nectar ne sera pas dispersé sur un nombre trop grand de cadres.  Par ailleurs, il nous suffit d’enlever le couvre-cadres pour savoir s’il y a manque de place, ce qui est important quand les conditions sont favorables à la récolte; dans ce cas, une visite supplémentaire à celle de chaque semaine s’avérera nécessaire.

Quand la miellée touche à sa fin, une modification est apportée à la position des hausses.  Elle est effectuée lors des dernières visites hebdomadaires : la hausse supérieure est posée directement sur la grille à reine pour la raison qu’elle n’est pas remplie de miel et la hausse qui se trouvait dans le bas est placée dans le haut.  Cela permet d’enlever, en temps voulu et sans trouble, les hausses intermédiaires qui sont complètement garnies et de placer celles qui ne le sont pas, en position favorable pour les abeilles.  En effet, à la fin de la miellée, les abeilles ont de plus en plus tendance à remiser le miel à proximité du couvain.

Habituellement, nous n’extrayons pas le miel avant la fin de la récolte à moins que des hausses vides soient nécessaires pour le transfert sur la bruyère.  Il arrive ainsi que l’une ou l’autre année, après une bonne récolte, que le rucher prenne l’aspect en miniature d’une cité de gratte-ciel, vision désirée, vision de rêve pour tout apiculteur.

Récolte sur la bruyère

Frère Adam décrit la flore des hauteurs de la lande Dartmoor où il déménage ses ruches (Caluna, Erica, Ceneria, Tétralex, etc.).  Il détaille les dispositions qui lui permettent de réussir en dix jours, le plus souvent à partir du 28 juillet, le transport de ses 320 ruches et leur installation par groupes de 30 à 40 en divers endroits de 25 à 50 kilomètres de distance de leurs emplacements habituels.  Et il continue comme suit :

Le traitement des abeilles sur la bruyère se limite au soin de leur assurer un espace suffisant dans la ruche pour emmagasiner la récolte quand temps et miellée sont favorables.  Comme au printemps, les hausses vides sont placées au fur et à mesure des besoins et l’une au-dessus de l’autre.  A ce moment, aucune intervention ni mesure quelconque ne peuvent changer la composition et la force des colonies; le nombre voulu d’abeilles est présent ou il ne l’est pas.  Ici, je dois dire avec insistance combien il est nécessaire d’avoir un nid à couvain de grande capacité : la réussite de la récolte sur la bruyère en dépend.  Un exemple tiré de mon expérience illustrera mes constatations à ce sujet.  En 1933, bonne année à miel, deux apiculteurs avaient installé leurs ruches non loin des nôtres; tous deux utilisaient les ruches du gabarit anglais.  Peu avant la fin de la miellée, j’eus l’occasion de connaître ce que chacun d’eux avait récolté : une moyenne de 28 livres provenant, d’après leurs déclarations des ramassages du début du mois d’août : mais, disaient-ils, les cinq jours après le 24 août qui avaient été propices à la miellée, ne leur avaient donné aucun supplément d’apports.  Ce sont ces cinq jours qui avaient été pour nos ruches, les meilleurs de tous ceux dont je puis me souvenir : ils ont donné, chez nous, des apports de 20 livres par jour.  Nous avons récolté, cette année, plus de 100 livres par ruche dans les hausses et, dans certaines ruches, le corps en contenait encore 50 livres.

Quelle avait été la cause de cette étonnante différence de rendement : 28 et 100 livres ?...

Sans aucun doute, ces deux apiculteurs avaient amené sur la bruyère leurs ruches peuplées d’abeilles âgées qui se sont épuisées durant la première récolte du mois d’août : le couvain réduit de ces colonies n’a pas donné une nouvelle génération assez forte pour la récolte des cinq jours de la fin du mois.  C’est bien ainsi qu’il en était puisque, plus tard, les deux apiculteurs se sont plaints d’une forte mortalité au cours de l’hiver : la même constatation fut faite aussi chez la plupart des autres exploitants utilisant le modèle anglais avec chambre à couvain réduite.  Un de mes amis, un professionnel des plus avertis d’Angleterre, transportait également, chaque année, ses meilleures ruches à la bruyère : il possédait au total 1700 populations installées dans des ruches de type anglais, mais avec 14 cadres dans le corps à couvain.  Ses résultats sur la bruyère n’atteignirent jamais la moitié des nôtres.  Seuls la capacité de notre chambre à couvain et le plein développement de nos populations peuvent expliquer pareil écart de rendement.

Vers le 7 septembre, toutes les hausses, qu’elles soient remplies ou vides, sont placées sur le plateau chasse-abeilles et enlevées après deux jours.  Les ruches sont ainsi prêtes pour le transport de retour.  Celui-ci achevé, chacune des colonies reçoit le même jour 6 litres de sirop; ce nourrissement est administré à toutes les ruches sans tenir compte de la quantité de miel qu’elles peuvent encore contenir.

L’hivernage

On sait qu’un bon hivernage n’est pas possible pour des abeilles qui ne disposent que de miel de bruyère comme provisions.  Les 6 litres de sirop précité, remisé par les abeilles au centre du nid à couvain, seront consommés en premier lieu au cours de l’hiver.  Ainsi le danger de dysenterie sera en grande partie écarté, encore qu’il subsiste toujours un certain risque.  Aussi, après ce premier nourrissement, toutes les ruches sont pesées et toutes celles qui n’atteignent pas un poids moyen déterminé, reçoivent un supplément de sirop correspondant à leur déficit de poids.  Dans les mauvaises années, quand la bruyère n’a pas donné de récolte, ce qui malheureusement arrive assez souvent, nous approvisionnons chaque ruche de la quantité minimum de sirop qui lui permettra de survivre à l’hiver.  En pareilles années de disette, une large provision serait prématurément et totalement consommée par les abeilles et il en résulterait des suites désastreuses ainsi que la pratique l’a prouvé.

Le nourrissement achevé, il reste à faire un dernier contrôle spécialement pour vérifier la présence de la reine dans chacune des ruches.  Le nombre des cadres est réduit à dix.

Toute autre opération n’est plus de mise à cette époque de l’année.  Après le 1er octobre, aucune ruche ne sera plus ouverte.

Quoique chez nous certains hivers soient rigoureux, avec des températures de –20C, aucune mesure spéciale de protection des ruches n’est prise.  L’expérience a prouvé que même les grands froids ne nuisent en rien aux abeilles, mais au contraire leur sont avantageux, car la consommation des provisions est moindre et la croissance de la population, moindre au printemps est d’autant meilleure.  Nous ne protégeons pas spécialement nos ruches contre le froid, mais nous veillons à les abriter du vent,

Il y a quelque 45 ans, les Drs Philipps et Georges Demuth se firent les protagonistes d’un système de protection contre le froid pour des ruches groupées par quatre.

Frère Adam fait la description détaillée de ce système.  Retenons-en qu’il s’agissait de cloisons confectionnées à l’aide de branchages et de feuilles.

Séduit par cette nouveauté, je fis construire et placer deux caisses de l’espèce et j’attendis le résultat avec le plus grand intérêt.  Les huit ruches soumises à l’expérience passèrent l’hiver dans un état impeccable, les cadres ne portaient pas la moindre trace de moisissures.  Mais vint la désillusion : ces colonies ne se développaient pas, on n’y voyait ni joie d’élevage du couvain, ni animation croissante, ni les abeilles au travail mais seulement une survie languissante.  Au contraire, les populations installées dans mes caisses de secours qui, en ce temps, n’avaient qu’un toit de carton bitumé, se renforçaient à pas de géant.  Je décidai de poursuivre l’expérience l’hiver suivant et les résultats ne furent en rien meilleurs.

Quelques années après, un professionnel anglais fit établir 40 de ces caisses Philipps pour l’hivernage de l’ensemble de ses 160 ruches.  De mon côté, à la même époque, je décidai d’utiliser mes deux anciennes caisses pour un nouvel essai pendant deux hivers consécutifs.  Mes résultats comme ceux du propriétaire des 160 colonies ne firent que confirmer les constatations faites les années précédentes.  D’ailleurs, par la suite, ce mode de protection fut abandonné tant au Canada qu’aux Etats-Unis.  J’ai fait le récit de ces expériences pour en tirer la conclusion qui s’impose, à savoir que les froids de l’hiver sont favorables au développement de la population au printemps et qu’une protection exagérée contre le froid produit l’effet contraire.

Je crois avoir exposé les points importants de notre méthode d’exploitation et j’ai fait connaître autant que possible les raisons pour lesquelles j’en ai adopté les modalités de préférence à d’autres.  Il ne s’agit pas d’une façon raffinée de conduire les ruches, mais plutôt de soins à donner aux abeilles, soins qui sont simples, raisonnables et commandés par le but à atteindre.  Tout mode d’exploitation constitue un moyen en vue d’un but précis, ce sont les résultats qui sont les critères de l’exactitude du mode qui a été choisi.